Lutter pour l’égalité et contre les violences sexistes et sexuelles

Conditions de travail

Soutien à l’égalité femmes / hommes dans toutes les filières professionnelles et dans la formation. Mise en place de moyens effectifs pour renforcer celle-ci dans toutes les entreprises et les administrations. Contrôle systématique de leur application dans toutes les entreprises, intégrée dans leur fiscalité.

Police et justice

Création d’une brigade spécialisée pour les crimes sexistes, homophobes et sexuels, ainsi que les violences conjugales. Renforcement des moyens de la brigade des mineurs.

Création du délit de sexisme et reconnaissance des féminicides avec possibilité pour les associations de défense des droits des femmes de se constituer partie civile dans les procès

Développement des foyers d’accueil pour victimes de violences conjugales. De véritables moyens seront mis en places pour les organismes et les associations qui luttent contre les violences faites aux femmes. Renforcement des moyens pour l’accueil des mineurs, sans condition de nationalité.

Les auteurs de violences conjugales, une fois leur peine purgée, doivent être interdit d’approche le domicile de la victime

Création de structure d’accueil et mise en place de moyens supplémentaires pour aider les personnes qui souhaitent sortir de la prostitution.

Éducation

Lutte active contre les préjugés sexistes et les violences sexistes et sexuelles dans toutes les sphères de la société, et particulièrement dans l’éducation. Des campagnes seront menées avec les mêmes moyens que pour la sécurité routière.

Intégrer la question de l’égalité des sexes et éducation sexuelle à l’école dans la formation des enseignants. Développement de la mixité des activités scolaires et extrascolaires des activités dès le plus jeune âge.

Sports

Favoriser la mixité dans tous les sports, à tous les niveaux de pratique amateurs et professionnels.

Famille

Création de 350 000 places en crèches. Les entreprises, les administrations et les lieux d’enseignement (pour les étudiant-es et les personnels) devront créer des places en crèche, soit en interne, soit en externe. Pour les parents qui travaillent de nuit, la mise à disposition de crèches ouvertes 24h/24 pour s’occuper des enfants dans la journée doit être assurée par l’entreprise ou l’administration.

La mise en place des salles d’allaitement sur les lieux de travail sera renforcée.

Le congé maternité sera prolongé de 4 semaines, soit 20 semaines pour le premier enfant. Le congé paternité porté à un mois et deviendra obligatoire.

Il sera possible d’accéder au congé parental sans condition d’ancienneté dans l’entreprise.

Chaque parent pourra prendre 4 jours par ans pour des raisons liées à la scolarité des enfants (rencontres avec les enseignants, réunions, activités des associations de parents d’élèves, …).

Possibilité de prendre des jours d’absence rémunérés pour soigner un enfant ou un parent malade, sans limitation (sur avis médical à partir du 3e jour).

Droit à l’adoption et à la procréation médicalement assistée pour les couples de même sexe.

Les tables à langer seront rendues obligatoires dans les toilettes des lieux recevant du public, dans des espaces mixtes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *