">
Accueil
Qui sommes-nous ?
Mail
Soutien
Adhérer
Organisation

Plate-forme

Librairie




La lutte du peuple libyen doit continuer


30 octobre 2011

Le meurtre de Kadhafi signe la fin de l’ancien régime répressif

La lutte du peuple pour la liberté, l’égalité et la prospérité doit se poursuivre !

L’assassinat de Kadhafi met un terme au régime despotique et répressif de la famille Kadhafi en Libye. Ce régime s’était érodé quand certains membres de la famille Kadhafi ont cherché refuge en Algérie, que lui et son fils ont fui Tripoli. Plus de 40 ans de crimes, de meurtres et de répression par la domination de Kadhafi s’achèvent par son arrestation et son meurtre. Maintenant, le "Conseil national de transition" qui inclut une partie de l’ancien gouvernement, les forces islamistes et les tribus, s’efforce de prendre le contrôle de l’ensemble du pays. Le meurtre de Kadhafi met clairement fin au mouvement qui visait son renversement comme objectif principal, mais ce n’est pas là la seule demande de la population libyenne. Kadhafi était un symbole de la répression, de la dictature, de l’assassinat en masse, de la pauvreté et de l’injustice. Les gens se sont levé pour la liberté, l’égalité et la prospérité. Les protestations du peuple libyen ont été inspirées par les autres mouvements dans la région, notamment en Tunisie et en Egypte. L’exigence de liberté, d’égalité et de prospérité est une revendication de la population de toute la région. Les gens sont descendus dans les rues et sur les places avec bravoure, faisant preuve de sacrifices admirables contre la répression, la pauvreté, la discrimination, la corruption et l’injustice. Dans tous les pays de la région des mouvements pour renverser les gouvernements ont pris des formes différentes. En Libye, suite à la violente répression du peuple par le gouvernement et à l’incapacité du terrorisme d’État mené par les États-Unis en manipulant la situation, comme il l’a fait en Tunisie et en Egypte, l’OTAN est entré en scène.

L’intervention de l’OTAN qui était initialement prévue pour éviter les frappes aériennes des forces de Kadhafi, et s’est ensuite élargie au sol, a changé les protestations de masse contre le régime du Kadhafi. De toute évidence, l’objectif de l’OTAN n’a pas été et ne sera pas conforme aux demandes des gens. Le terrorisme d’État de l’OTAN et de ses dirigeants est sombre et empli d’oppression, de meurtres, de destruction de communautés entières et de promotion au pouvoir des défenseurs du système capitaliste. L’intervention de l’OTAN a renforcé le pan réactionnaire de l’opposition anti-Kadhafi. Les gens ont été mis de côté dans la bataille entre ce front réactionnaire et la tyrannie de Kadhafi. Les premières victimes de cette bataille sont les populations opprimées et protestantes de Libye. Durant cette période, le front appelé "Conseil national de transition" a lancé avec l’aide et le soutien de l’OTAN une nouvelle vague d’actes criminels et de viols. Des informations sont parues concernant l’oppression, la corruption, des viols d’épouses de pro-Kadhafi. Les gens de Libye ne se sont pas révoltés contre une domination sombre et réactionnaire pour qu’elle soit remplacée par le même genre de domination ; ils ne sont pas descendus dans les rues pour remplacer la famille Kadhafi par des clans tribaux et islamistes, les gens de Libye n’ont pas sacrifié leur proches pour une poignée de voyous qui ont été impliqués dans le gouvernement précédent et ont pris part à des atrocités commises contre le peuple. Les gens de Libye, comme d’autres de la région, sont descendus dans les rues pour mettre fin à un système de pauvreté, de discrimination et de machine à tuer. La lutte du peuple pour ses revendications fondamentales n’est pas terminée. Ce n’est que la première étape.

Le Parti de l’Unité communiste-ouvrière soutient les luttes pour une société libre, égalitaire, garantissant la prospérité pour tous ses citoyens. Nous croyons fermement que seul un peuple uni et organisé avec un leadership communiste-ouvrier peut atteindre ces exigences. Nous condamnons tout acte qui légitime le "Conseil national de transition » comme loi du peuple. La lutte du peuple en Libye pour l’organisation et la poursuite de son mouvement pour ses revendications doit être soutenue. La formation de conseils ouvriers et populaires est un outil très important à cet effet. Les travailleurs doivent former leurs propres conseils. Les gens devraient être organisés dans leur communauté, et en conseils d’étudiants, et prendre le contrôle de leur destinée par la tenue de leurs assemblées générales. Les gens de Libye ont besoin du soutien et de la solidarité de toutes les forces communistes et éprises de liberté.

A bas la République islamique d’Iran !

Vive la liberté, État ouvrier !

Vive la République socialiste !

Parti de l’unité communiste-ouvrière (Worker-communism Unity Party),
23 octobre 2011.

(traduction et titre écourté par le site La Bataille socialiste)