">
Accueil
Qui sommes-nous ?
Mail
Soutien
Adhérer
Organisation

Plate-forme

Librairie




Le communisme-ouvrier, la guerre, la société et le pouvoir politique


2 septembre 2007

La crise actuelle et de la guerre terroriste ont leurs racines dans les résultats peu concluants des conflits mondiaux après la guerre froide. Les deux côtés de cette confrontation réactionnaire suivent leurs propres objectifs politiques et intérêts économiques. Les États-Unis avec ses intimidation militaire tente de consolider son hégémonie et d’acquérir la position d’”indiscutable leadership de l’Amérique dans le monde”. Le conflit entre les USA et ses alliés d’une part et le régime islamique d’autre part sur la question de l’énergie nucléaire ne porte pas sur “la paix et la sécurité mondiales ». Il ne s’agit pas d’une politique d’ « anti-terrorisme “. Il s’agit d’imposer un nouvel équilibre des forces à l’islam politique dans la région et dans le monde. Un aspect important de cette politique est l’autonomisation et le recours à des factions qui compromettent le soutien avec le mouvement politique islamique. D’autre part, l’islam politique armé de terroristes aveugles tente de devenir le porte-drapeau de la vieille haine populaire au Moyen-Orient de l’humiliation historique des Arabes et des Palestiniens. Après la disparition et la défaite du nationalisme arabe, l’islam politique tente de devenir le porte-parole et le porte-drapeau de la bourgeoisie dans la région. Même s’ils souhaitent l’entrée en guerre avec la République islamique d’Iran, États-Unis ne visent pas, à l’heure actuelle, renverser la République islamique, mais plutôt affaiblir le régime islamique et le transformer en un régime docile. La guerre américaine en Irak a conduit à un renforcement et l’expansion de l’influence islamiste dans la région. Le régime islamique utilise le développement d’armes nucléaires et l’organisation du mouvement islamique dans la région comme sa stratégie de survie et pour devenir une puissance régionale. En conflit avec les États-Unis, la République islamique d’Iran vise cet objectif. La probable confrontation militaire entre les États-Unis probable et la République islamique sera des plus dangereux et déterminera les formes d’un front entre les deux pôles internationaux du terrorisme. C’est la continuation du conflit entre de deux pôles internationaux terroristes qui s’effectue sur la base d’une compétition et d’une redéfinition de l’influence géopolitique de la bourgeoisie internationale.

La diplomatie, la négociation, la propagande, la menace de guerre, une attaque militaire, et la guerre tout cela fait partie de l’opposition entre ces deux pôles. Les États-Unis utilisent des sanctions économiques, les pressions diplomatiques et les menaces d’action militaire. Les sanctions économiques sont l’arme de destruction massive qui va pousser la société iranienne dans la pauvreté, la dévastation et l’impuissance politique et ne servira qu’à y consolidation la réaction et l’oppression. Toute attaque militaire des États-Unis ou d’Israël, limitée ou étendue, va enflammer la région et libérer les forces de l’islam politique et du terrorisme en une force sauvage. L’être humain, les conséquences sociales, politiques et environnementales de cette attaque militaire seront terribles. Ce sont des génération dans la région et le monde qui auront à payer le prix de cette guerre réactionnaire.

La guerre va changer les forces politiques oppositionnelles à la République islamique d’Iran. Les noms de certaines d’entre elles seront dans la liste des victimes de la guerre. Ces changements et développements ont déjà commencé :

Le nationalisme, qu’il soit chauvin ou tribal, a pris position aux côtés des États-Unis, et la République islamique s’oppose au peuple. Les principaux courants nationalistes pro-occidentaux actuels ont déjà déclaré leur proximité avec la République islamique au nom de « la défense de la totalité du pays”. Le nationalisme tribal s’est quant à lui mis au service du militarisme américain.

Les différentes composantes du mouvement national-islamique se sont elles aussi organisées en soutien au régime islamique. Une section de ce mouvement est maintenant en train de scander “la paix et les droits de l’homme”. Les objectifs de ces forces sont de renforcer les fractions “modérées” du régime islamique et sont en faveur de ce régime. D’autres sections du mouvement national-islamique pratiquement alignées sur le régime islamique scandent des slogans tels que « paix » et « la défense du pays en opposition à la menace étrangère ». Les Moudjahidines sont une exception dans ce mouvement parce qu’ils ont choisi de se tenir du côté de l’armée américaine. Les Moudjahidines et les courants tribauxs jouent le rôle de la Contra et de l’UNITA et servent la force militaire américaine.

Contrairement au camp de droite, le mouvement communiste-ouvrier et le communisme n’est du côté d’aucun camp de guerre. Notre seul alignement est avec la révolution des travailleurs et la liberté. Le renversement de la République islamique d’Iran et la perspective d’une défaite du Nouvel Ordre Mondial américain, c’est cela la stratégie du communisme-ouvrier. Une tâche importante du mouvement communiste-ouvrier et de notre Parti est de s’opposer fermement à la politique de défense des deux pôles du terrorisme et de guerre, et de divulguer la nature anti-sociale et anti-humaine de ces forces.

Les luttes du communisme-ouvrier, en toute situation, sont pour le renversement de la République islamique d’Iran et de la création immédiate d’une société communiste. Notre but est de détruire la société de classe du capitalisme et établir une société libre, prospère et humaine. En même temps, le communisme-ouvrier est fermement opposé à toute situation et politique qui impose un retard intellectuel, culturel, religieux ou des préjugés tribaux à la société. Une situation de guerre ne modifierait pas notre objectif stratégique. Elle changerait toutefois les conditions de notre lutte pour atteindre cet objectif. Nous condamnons fermement les politiques militaires réactionnaires et terroristes des États-Unis et de ses alliés contre le peuple d’Iran, l’Irak, la Palestine et d’autres pays de la région. Nous considérons la sanction économique comme une arme de destruction massive contre les populations en Iran. Nous condamnons cette politique anti-humaine et nous nous efforçons de la dénoncer. Nous condamnons toute attaque militaire contre l’Iran. Nous condamnons les États-Unis et les tentatives d’organisations de droite d’organiser des courants tribaux et des forces militaires qui conduisent à la haine nationale et tribale. En opposition à ces courants nationalistes tribaux, le communisme-ouvrier défend la sécurité des personnes et la civilisation. Nous considérons que tout courant de l’opposition qui se range du côté du régime islamique ou de celui des États-Unis se définit par là-même comme ennemi de la classe ouvrière et des aspirations du peuple d’Iran. Nous sommes opposés à ce que la République islamique accède aux armes nucléaires. Le communisme-ouvrier défend le désarmement nucléaire universel. Nous travaillons pour une humanité civilisée et pour l’égalité, dans la défense des mouvements progressistes et laïques.

Le communisme-ouvrier s’oppose à la guerre tout en exigeant le renversement de la République islamique d’Iran. La signification pratique de cette politique est d’être vigilant sur la propagande nationaliste et réactionnaire qui appelle à la défense de la République islamique. La politique la plus dangereuse pour le peuple d’Iran dans cette crise c’est d’attendre que leur avenir soit décidé par des gouvernements en guerre. La montée de la lutte du peuple pour le renversement de la domination islamique est la seule façon de combattre cette politique. Un développement de la lutte pour la liberté politique, contre la pauvreté, la misère, l’apartheid entre les sexes, les politiques militaires et le terrorisme islamique peut rapidement changer la scène politique en Iran et dans la région. Les gens en Iran peuvent être à la pointe du monde dans la lutte contre le terrorisme et le militarisme. “Contre la guerre, contre la République islamique d’Iran, pour la liberté et le bien-être pour tous” ! Tel est notre politique qui peut unir et représenter le camp de la liberté, de l’égalité et du socialisme.

A l’aide des bombes américaines et l’excuse du temps de guerre, la République islamique tente d’annoncer l’état d’urgence et de réprimer la juste lutte des gens pour le renversement du régime. Le mouvement nationaliste-islamique soutient le régime. (…) La politique communiste-ouvrière dans cette situation est d’organiser un mouvement de masse pour le renversement du régime islamique et la fin de la guerre. Le communisme-ouvrier peut et doit prendre une position de leader de la résistance populaire contre le régime et ses bandes de terroristes. Dans cette période, le communisme-ouvrier doit jouer un rôle de premier plan dans les réseaux et organisations pour assurer la sécurité dans les collectivités, les usines, et aussi construire des organisations indépendantes supervisant la distribution des nécessités de base. Les gens devraient être autorisés à prendre le contrôle et créer des endroits libres et sûrs. Une politique active communiste dans cette situation pour renverser le régime serait aussi d’organiser un mouvement de masse révolutionnaire pour prendre une partie du pouvoir politique et militaire, la défense de la société contre la République islamique et les terroristes.

Le Parti d’unité communiste-ouvrière s’efforce de militer pour une l’humanité civilisée contre les pôles terroristes dans la défense de la lutte du peuple en Iran. Le communisme-ouvrier doit être à la pointe de ce mouvement et devenir le leader du mouvement contre la politique réactionnaire et militaire des États-Unis, de ses alliés, contre le terrorisme islamique et la République islamique.

“Contre la guerre, contre la République islamique d’Iran,
” pour la liberté et le bien-être pour tous “

Non au militarisme des États-Unis, non au terrorisme islamique !

Vive la République socialiste !